Une adénopathie mésentérique est une inflammation des ganglions lymphatiques. Les ganglions lymphatiques enflammés se trouvent dans une membrane qui relie l’intestin à la paroi abdominale. Ces ganglions lymphatiques sont parmi les centaines de dispositifs qui aident le corps à combattre la maladie. Ils piègent et détruisent les envahisseurs microscopiques comme les virus ou les bactéries. L’adénopathie mésentérique provoque souvent des douleurs abdominales et elle est plus fréquente chez les enfants et les adolescents. Cette affection douloureuse peut imiter les signes avant-coureurs d’une appendicite. Cependant, contrairement à l’appendicite, cette pathologie est rarement grave et disparaît généralement d’elle-même.

Quelles sont les causes de l’adénopathie mésentérique ?

Parfois, les médecins ne peuvent pas vous dire la cause de l’adénopathie mésentérique. Mais la cause la plus commune est l’infection. Des conditions inflammatoires peuvent également être liées à cette maladie touchant les ganglions lymphatiques.

On pense que les agents microbiens ont accès aux ganglions lymphatiques via les vaisseaux lymphatiques intestinaux. Les organismes se multiplient ensuite et, en fonction de la virulence de l’agent pathogène, provoquent divers degrés d’inflammatione, et parfois, de la suppuration.

Moins souvent, les ganglions mésentériques enflammés résultent d’un cancer, notamment:

  • le lymphome,
  • le cancer du sein,
  • le cancer du poumon,
  • le cancer du pancréas,
  • le cancer gastro-intestinal.

Les infections provoquant cette maladie inflammatoire des ganglions peuvent être localisés ou systémiques. Les infections peuvent être causées par des virus, des bactéries ou des parasites.

De nombreux organismes ont été mis en cause dans cette maladie, y compris des pathogènes tels que le streptocoque bêta-hémolytique, des espèces de Staphylococcus, Escherichia coli, Streptococcus viridans, des espèces de Yersinia (responsables de la plupart des cas actuels), Mycobacterium tuberculosis, Giardia lamblia, ainsi que des virus, tels que les virus Coxsackie (A et B), le virus de la rubéole, de même que les sérotypes 1, 2, 3, 5 et 7 de l’adénovirus.

L’atteinte des nœuds mésentériques peut être également le fait du virus infectieux d’Epstein-Barr (EBV), de l’infection aiguë par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) ou de la maladie des griffes de chat.

La fréquente de cette affection, en particulier chez les enfants présentant une infection des voies respiratoires supérieures, a popularisé une théorie selon laquelle les expectorations chargées d’agents pathogènes pourraient constituer la principale source d’infection.

La transmission fécale-orale se produit dans l’infection à Y. enterocolitica et peut se présenter comme une source commune d’épidémie. Cette infection a également été associée à la contamination de la viande, du lait et de l’eau. Dans de rares cas, des contacts de personne à personne ou d’une zoonose avec des porteurs de matières fécales peuvent entraîner une infection.

Les infections courantes qui causent l’adénopathie mésentérique comprennent la gastro-entérite qui peut résulter d’infections virales telles que le rotavirus ou le norovirus. Elle peut également résulter d’infections bactériennes telles que la salmonelle, le staphylocoque ou le streptocoque. La gastro-entérite est souvent qualifiée de « grippe intestinale ».

On a aussi une infection à Yersinia enterocolitica, qui est la cause la plus fréquente d’adénopathie mésentérique chez les enfants. Cette bactérie peut provoquer une gastro-entérite et d’autres problèmes. La maladie peut, dans ce cas, ressembler à la maladie de Crohn ou à une appendicite aiguë.

Parmi les autres infections à l’origine de cette maladie extrêmement douloureuse, on compte les infections directes ou indirectes liées au VIH, la tuberculose et l’iléite terminale aiguë, qui est une inflammation de la fin de l’intestin grêle due à une bactérie ou à la maladie de Crohn.

Les conditions inflammatoires communément associées à l’adénopathie mésentérique sont:

  • l’appendicite, qui est une inflammation de l’appendice,
  • les maladies inflammatoires de l’intestin telles que la maladie de Crohn ou la colite ulcéreuse,
  • les maladies du tissu conjonctif telles que le lupus, la sclérose ou la polyarthrite rhumatoïde,
  • la diverticulite, une inflammation de la muqueuse du gros intestin,
  • la pancréatite, qui est une inflammation du pancréas.

Quels en sont les signes et symptômes ?

Avec cette maladie, une infection des voies respiratoires supérieures peut survenir juste avant l’apparition d’autres symptômes. Cela peut provoquer un mal de gorge entre autres.

Les symptômes courants de l’adénopathie mésentérique sont une sensibilité ou une douleur, parfois au centre ou au bas du côté droit de l’abdomen, ainsi qu’une forte fièvre. Cette affection inflammatoire provoque parfois des symptômes dans l’abdomen inférieur droit, ce qui fait qu’on la confond parfois avec l’appendicite.

Le patient peut avoir d’autres signes et symptômes en fonction de la cause de l’inflammation. Ces signes et symptômes incluent:

  • une sensation de malaise,
  • la perte d’appétit,
  • la fatigue ou le manque d’énergie,
  • un nombre élevé de globules blancs,
  • des nausées, des vomissements ou une diarrhée.

La maladie peut être divisée en deux variantes distinctes, à savoir l’adénopathie mésentérique primaire et l’adénopathie mésentérique secondaire.

À l’imagerie, la forme primaire est décrite comme une adénite mésentérique droite qui ne présente pas de processus inflammatoire aigu identifiable ou qui ne montre qu’un léger épaississement de la paroi.

La forme secondaire est associée à un processus inflammatoire intra-abdominal spécifique et identifiable. En présence d’un épaississement iléal terminal clairement détectable, l’adénopathie mésentérique est considérée comme secondaire.

Quelles sont les complications possibles ?

En termes de complications, la maladie peut aboutir à un déséquilibre électrolytique chez les patients présentant une diarrhée sévère, des nausées et des vomissements. Elle peut également déboucher sur la formation d’un abcès, sur une péritonite (rare) ou sur un état septique.

Dans les cas où l’agent pathogène sous-jacent est Y. enterocolitica, certains patients peuvent développer des arthralgies. Ces symptômes se développent généralement 1 mois après l’épisode initial de diarrhée et disparaissent généralement après une période de 1 à 6 mois. Une éruption cutanée sur les jambes et/ou le tronc et un érythème noueux peuvent également apparaître.

Quand faut-il appeler un médecin?

La douleur abdominale est fréquente chez les enfants et les adolescents, et il peut être difficile de savoir s’il s’agit d’un problème nécessitant des soins médicaux.

Appelez votre médecin immédiatement si vous ou votre enfant avez des douleurs abdominales sévères ou soudaines. Appelez également un médecin, si cela se produit avec d’autres symptômes. Décrivez à votre médecin la gravité et la localisation de la douleur, ainsi que ce qui aggrave la situation. Soyez prêt à discuter de tout autre symptôme que vous avez eu ou que votre enfant a eu.

Épidémiologie

L’incidence réelle de cette maladie n’est pas connue car elle peut être facilement ignorée ou confondue avec d’autres diagnostics. On pense généralement que la condition est commune. Jusqu’à 20% des patients subissant une appendicectomie ont présenté une adénite mésentérique non spécifique.

L’infection à Yersinia enterocolitica présente une variation géographique. Cette infection est la plus répandue dans les pays tempérés d’Europe, d’Amérique du Nord et d’Australie. Elle a été particulièrement remarquée en Europe de l’Est.

La condition affecte aussi bien les hommes que les femmes. L’infection à Yersinia est cependant plus fréquente chez les garçons que chez les filles.

Cette affection abdominale peut survenir chez l’adulte mais est plus fréquente chez l’enfant et l’adolescent de moins de 15 ans. Cette affection au cours de l’enfance ou de l’adolescence est liée à une réduction significative du risque de colite ulcéreuse à l’âge adulte.

Comment diagnostique-t-on une adénopathie mésentérique ?

Parfois, la pathologie ne provoque aucun symptôme. Le médecin peut simplement le repérer en faisant des tests d’imagerie pour un autre problème de santé

Parfois, les symptômes de l’adénopathie mésentérique peuvent vous amener à consulter un médecin. Ce dernier vous posera des questions sur ces symptômes et vous demandera vos antécédents médicaux. Il peut aussi demander des examens complémentaires.

Les analyses de sang peuvent aider à détecter une infection. Les analyses d’urine peuvent aider à éliminer une infection des voies urinaires. Une échographie abdominale, une tomodensitométrie (CTG) de l’abdomen ou un scanner peut aider à éliminer d’autres causes de symptômes.

De nombreuses affections sont liées à cette affection des intestins, certaines graves, d’autres non. C’est la raison pour laquelle un diagnostic posé par un médecin est si important.

Une analyse de sang peut aider à détecter une adénopathie mésentérique

Une analyse de sang peut aider à détecter une adénopathie mésentérique

Quels traitements pour l’adénopathie mésentérique ?

La maladie s’améliore parfois sans aucun traitement. Les cas légers et non compliqués de cette affection des intestins et ceux causés par un virus disparaissent généralement seuls. Cependant, vous pourriez avoir besoin de médicaments pour réduire la fièvre ou maîtriser la douleur. Le repos, les liquides et la chaleur appliqués sur l’abdomen peuvent également aider à soulager les symptômes.

Vous pourriez aussi avoir besoin d’un traitement pour combattre l’inflammation. Les antibiotiques peuvent prévenir les complications d’une infection bactérienne grave (septicémie) pouvant entraîner la mort.

L’objectif de la prise en charge médicale est d’identifier rapidement les patients nécessitant une intervention chirurgicale (pour une appendicite) et de s’y référer de manière appropriée. Les soins hospitaliers sont indiqués pour les patients présentant des complications. Lorsque le diagnostic n’est pas clair, l’admission en observation peut être nécessaire.

Des soins vasculaires et une perfusion de solution saline sont bénéfiques pour les patients qui présentent une déplétion volumique. Le transfert rapide des patients vers un établissement où un bilan approprié peut être effectué est l’objectif le plus important.

Sources :

https://www.webmd.com/children/mesenteric-lymphadentitis#1

https://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/mesenteric-lymphadenitis/diagnosis-treatment/drc-20353803

https://emedicine.medscape.com/article/181162-overview