Médicaments destinés au traitement de la dépression, les antidépresseurs font partie de nos jours des médicaments les plus prescrits. Face à la honte que constitue le fait de consulter pour une dépression, nombreuses sont les personnes qui souhaiteraient pourvoir acheter des antidépresseurs sans ordonnance. Bienheureusement la vente de ces médicaments est rigoureusement encadrée par la loi et il n’est pas possible d’acheter un antidépresseur sans ordonnance. Nous allons dans les lignes qui suivent, voir pourquoi c’est mieux qu’il ne soit pas possible de se procurer un antidépresseur sans ordonnance.

Qu’est-ce qu’un antidépresseur ?

Se faire prescrire des antidépresseursLes antidépresseurs sont des médicaments utilisés pour le traitement du trouble dépressif majeur et d’autres affections, notamment la dysthymie, les troubles anxieux, les troubles obsessionnels compulsifs, les troubles de l’alimentation, les douleurs chroniques et les douleurs neuropathiques. Dans certains cas, ils peuvent être utilisés pour le traitement de la dysménorrhée, du ronflement, de la migraine et d’hyperactivité avec déficit de l’attention (TDAH). La dépendance et les troubles du sommeil sont des affections qui requièrent parfois la prescription de ce type de médicament. Ils peuvent être prescrits seuls ou en association avec d’autres médicaments.

Les principales classes d’antidépresseurs sont les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS), les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine-norépinéphrine (IRSN), les antidépresseurs tricycliques (ATC), les inhibiteurs de la monoamine oxydase (IMAO), les inhibiteurs réversibles de la monoamine oxydase A (RIMA), les antidépresseurs tétracycliques (TeCAs) et les antidépresseurs sérotoninergiques spécifiques (NaSSAs).

Efficacité des antidépresseurs

L’une des raisons pour lesquelles on ne peut pas acheter un antidépresseur sans ordonnance concerne l’efficacité de ce type de médicament. Il faut non seulement du temps pour obtenir un diagnostic précis de dépression, mais trouver le bon médicament pour traiter la dépression peut être un processus compliqué et délicat. Quelqu’un peut avoir un problème médical grave, comme une maladie cardiaque ou une maladie du foie ou des reins, qui pourrait rendre certains antidépresseurs dangereux. L’antidépresseur pourrait être inefficace ou la dose insuffisante; il se peut qu’il n’y ait pas eu assez de temps pour voir un effet, ou les effets secondaires pourraient être trop gênants, conduisant à un échec du traitement.

Selon une étude de 2006 financée par les National Institutes of Health, seulement environ 30% des personnes atteintes de dépression vont en rémission complète après avoir pris leur première série d’antidépresseurs. Ceux qui ont vu leur état s’améliorer étaient plus susceptibles de prendre des doses légèrement plus élevées pendant des périodes plus longues. Certains antidépresseurs fonctionnent mieux pour certains individus que d’autres et il n’est pas rare d’essayer différents médicaments de dépression pendant le traitement. Certaines personnes ont parfois besoin de plus d’un médicament pour le traitement de la dépression.

Les antidépresseurs sont accompagnés d’une mise en garde encadrée sur le risque accru par rapport au placebo pour la pensée et le comportement suicidaires chez les enfants, les adolescents et les jeunes adultes de 18 à 24 ans. En travaillant avec le médecin, on peut évaluer les risques et les avantages du traitement et optimiser l’utilisation des médicaments qui soulagent le mieux les symptômes.

Qui peut prescrire un antidépresseur ?

On ne peut pas acheter un antidépresseur sans ordonnance, car il faut des médecins qualifiés pour les prescrire. Pour surmonter une dépression, le patient a besoin d’une aide experte. Beaucoup de personnes atteintes de dépression ont une équipe pour les assister. Cela peut inclure le fournisseur régulier de soins de santé, un psychologue ou un thérapeute, et un psychiatre ou une infirmière psychiatrique.

Les personnes atteintes de dépression voient souvent des experts différents. La Loi sur l’équité et la dépendance en matière de santé mentale exige que les régimes d’assurance-santé n’imposent pas de restrictions à la couverture des services de santé mentale qui diffèrent de la couverture d’autres traitements médicaux ou chirurgicaux. La Loi sur la protection des patients et les soins abordables fournit un soutien aux personnes à faible revenu pour obtenir une assurance santé. Certains professionnels de la santé mentale ou cliniques offrent également une échelle mobile basée sur le revenu.

Le médecin généraliste peut prescrire des antidépresseurs, mais les médecins de famille n’ont généralement pas d’expertise dans la prescription de médicaments pour traiter les troubles psychologiques. Si le premier ou le deuxième antidépresseur qu’on a essayé n’aide pas, le médecin peut recommander de consulter un psychiatre qui peut mieux prescrire les médicaments dont on a besoin. Les médecins généralistes ne sont pas formés pour pratiquer la psychothérapie. Il faut donc s’adresser à un psychologue, un travailleur social ou un psychiatre pour une thérapie. Les psychiatres sont des médecins qui peuvent prescrire des antidépresseurs et d’autres médicaments et offrent parfois aussi d’autres thérapies. Ils sont, cependant, souvent plus chers que les autres médecins.

La nécessité d’un suivi médical

Dépression, boulotL’une des raisons, pour lesquelles les législateurs du monde entier ont interdit la vente d’antidépresseur sans ordonnance, réside dans le fait que la prise d’un antidépresseur ne suffit pas à elle seule à guérir une dépression. Le malade a besoin d’être accompagné tout au long du traitement, et cela requiert la présence d’un expert bien formé.

Il est important de parler avec un professionnel qualifié pendant le traitement. Bien que les psychologues ne puissent pas prescrire des médicaments, ils sont bien formés en évaluation psychiatrique et en psychothérapie. On peut  travailler avec un psychologue tout en prenant des antidépresseurs prescrits par le médecin habituel, ou on peut aussi consulter un psychiatre. Il faudra essayer de trouver quelqu’un qui a beaucoup d’expérience pour aider les personnes atteintes de dépression résistante au traitement. Les experts des troubles de l’humeur peuvent être trouvés dans des hôpitaux universitaires ou des organisations.

Le spécialiste peut aussi agir sur les interactions sociales du patient pour accélérer sa guérison. Bien que le patient ne puisse pas contrôler son diagnostic, il y a certaines choses qu’il peut contrôler. Le psychiatre peut l’aider à chercher ou à créer un système de soutien positif pour lui-même. Que ce réseau social provienne du conjoint, des membres de la famille, des amis proches, des collègues, d’organismes religieux ou de groupes communautaires, il est nécessaire que le patient ait des gens qui le soutiennent.

Les dangers liés à la prise d’un antidépresseur sans ordonnance

Le nombre de patients qui subissent des conséquences destructrices lors de la prise d’antidépresseurs est peut-être faible, mais aucun traitement médical n’est sans risque. Au cours des dernières années, les effets secondaires de ces médicaments, du dysfonctionnement sexuel au comportement suicidaire, ont reçu plus d’attention. Les fabricants de médicaments ont été sommés d’ajouter des avertissements sur les dangers les plus graves, en particulier le risque de suicide. Ainsi, le public et les professionnels évaluent à nouveau les risques et les avantages liés à la prise des antidépresseurs.

Symptômes physiques

Certains patients prenant des ISRS peuvent développer de l’insomnie, des éruptions cutanées, des maux de tête, des douleurs articulaires et musculaires, des maux d’estomac, des nausées ou de la diarrhée. Ces problèmes sont généralement temporaires ou légers ou les deux. Un problème potentiel plus sérieux est la réduction de la capacité de coagulation sanguine en raison d’une diminution de la concentration de sérotonine dans les plaquettes. Les patients présentent un risque accru de saignement de l’estomac ou de l’utérus et sont plus susceptibles d’avoir besoin d’une transfusion sanguine pendant ou après une intervention chirurgicale.

Mouvements involontaires

Un autre risque lié à la prise de ces médicaments est celui des mouvements involontaires. Ceux-ci comprennent les tics, les spasmes musculaires, la dyskinésie (mouvements musculaires répétitifs), le parkinsonisme (membres rigides et tremblants, démarche traînante, perte du contrôle moteur) et l’acathisie (agitation compulsive), qui peuvent être accompagnés d’anxiété sévère. Bien que rares, ces symptômes sont plus fréquents chez les personnes âgées et chez les patients prenant de la fluoxétine et du citalopram, les ISRS qui restent le plus longtemps dans le corps. Les traitements incluent le diazépam (Valium), le propranolol (Inderal), et des médicaments antiparkinsoniens comme la benztropine (Cogentin).

Troubles sexuels

Pour de nombreux patients, les antidépresseurs diminuent l’intérêt sexuel, le désir, la performance, la satisfaction, ou tous les quatre. Chez les hommes, les ISRS peuvent retarder ou inhiber l’éjaculation, et chez les femmes, retarder ou prévenir l’orgasme. Ils peuvent également entraver la lubrification du vagin, l’érection du pénis et l’engorgement du clitoris. Et de nombreux utilisateurs d’antidépresseurs qui peuvent fonctionner physiquement perdent parfois tout intérêt pour le sexe.

Risque de suicide

Le risque que les antidépresseurs incitent à des actions violentes ou autodestructrices fait l’objet d’une controverse renouvelée. Les pensées suicidaires chez les patients prenant des ISRS ont été signalées pour la première fois en 1990, peu de temps après l’introduction de ces médicaments.

Autorité sanitaire

Il convient de louer la sagesse des autorités sanitaires et celui des législateurs qui ont purement et simplement interdit la vente d’antidépresseur sans ordonnance.

  • Primo, la dépression est une affection trop complexe pour faire l’objet d’une automédication.
  • Secundo, seul un spécialiste qualifié peut déterminer l’antidépresseur approprié pour un malade donnée.
  • Tertio, un antidépresseur seul ne suffit pas pour traiter une dépression.
  • Quarto, les risques (suicide, impuissance, tics involontaires …) liés à la prise d’un antidépresseur sans ordonnance sont largement supérieurs aux maigres bénéfices qu’on peut en tirer.
Antidépresseur sans ordonnance : non, ça n’existe pas et c’est tant mieux !
3.5 (70%) 6 vote[s]