Le cancer existe probablement depuis l’aube des temps, mais au fil des ans, notre capacité à traiter la maladie s’est considérablement améliorée. Plus de personnes atteintes du cancer vivent plus longtemps et certaines sont même guéries. Des progrès récents ont changé la façon dont le cancer est traité. Voici quelques-unes des plus grandes avancées en ce qui concerne la prise en charge de cette maladie si redoutée.

La médecine de précision

Les chercheurs ont découvert que le cancer se comportait différemment chez chaque patient. La médecine de précision permet aux médecins d’adapter au mieux le traitement du cancer au patient. Les modifications génétiques propres à la tumeur peuvent aider les médecins à choisir le traitement qui fonctionnera le mieux. À mesure que les chercheurs en apprennent davantage sur ces modifications géniques, ils peuvent mettre au point des traitements ciblés.

Traitement du cancer
Devenues sures et efficaces grâce aux tests génétiques, les thérapies ciblées constituent l’une des dernières avancées en cancérologie.

Ces traitements ciblés agissent sur les gènes, les protéines et les vaisseaux sanguins qui aident les cellules cancéreuses à se développer et à se propager. Leur action est différente de la chimiothérapie, qui agit sur toutes les cellules à croissance rapide. Étant donné que les médecins adaptent les traitements ciblés à la tumeur, ils peuvent être plus efficaces que d’autres traitements anticancéreux, avec moins d’effets secondaires.

Les exemples de médicaments ciblés comprennent :

  • le trastuzumab (Herceptin) qui traite les cancers du sein porteurs du gène de mutation HER-2.
  • l’afatinib (Gilotrif) et le cetuximab (Erbitux) qui bloquent l’EGFR, une substance favorisant la croissance des cancers colorectaux et pulmonaires.
  • le dabrafenib (Tafinlar) et le vémurafénib (Zelboraf) qui traitent les mélanomes ayant un gène BRAF muté.

Les traitements ciblés sont prometteurs, mais ils ne peuvent actuellement traiter que quelques types de cancers. À mesure que les chercheurs en apprendront davantage sur les cellules cancéreuses, ils pourront aider à traiter d’autres catégories de cancers.

L’immunothérapie

L’immunothérapie utilise les mécanismes de défense naturels du corps pour combattre les cellules cancéreuses. Ces traitements sont souvent moins toxiques et plus efficaces que d’autres formes de thérapies. Ces traitements aident le système immunitaire à détecter et à attaquer les cellules cancéreuses de la même manière qu’il le fait pour les bactéries et les virus. Les principaux moyens utilisés sont :

  • Les anticorps monoclonaux 

Les anticorps monoclonaux sont synthétiques. Ils sont conçus en laboratoire pour cibler des antigènes spécifiques sur les cellules cancéreuses.

  • Les inhibiteurs des points de contrôle 

Les inhibiteurs éliminent les points de contrôle afin que le système immunitaire puisse détecter et attaquer les cellules cancéreuses.

  • Les cytokinines

Les cytokines contrôlent la croissance et l’activité des cellules immunitaires. Elles peuvent aider à renforcer la réponse du système immunitaire contre le cancer.

  • Les vaccins contre le cancer 

Ces vaccins montrent au système immunitaire comment lutter contre le cancer. Il en existe deux principaux types, à savoir les vaccins préventifs et les vaccins thérapeutiques. Les vaccins contribueront à freiner sensiblement cette maladie dont l’expansion galopante est mise en évidence par les chiffres disponibles.

En effet, selon les chiffres du Centre International de recherche sur le cancer, l’incidence (nombre de nouveaux cas) du cancer dans le monde est passée de 8,2 millions en 2012 à 18,1 millions en 2018, alors que les prévisions étaient de 13,1 millions à l’horizon 2030. De plus, 9,6 millions de malades du cancer ont perdu la vie dans le monde en 2018. En France, l’Institut national du cancer (INCa) a dénombré 382 000 nouveaux cas en 2018 et au moins 157 400 décès ont été enregistrés au cours de cette même année.

Dernières avancées contre le cancer
Quelles sont les dernières avancées contre le cancer ?

Les thérapies de transfert de cellules adoptives

Les transferts de cellules adoptives impliquent de retirer des cellules immunitaires (généralement des globules blancs) du corps du patient, de leur apprendre à lutter contre des formes spécifiques de cellules cancéreuses, puis à les réinjecter dans le corps du patient. Ces traitements expérimentaux doivent être spécifiquement adaptés à chaque patient. Cela les rend gourmands en ressources et donc moins facilement évolutifs que d’autres formes de traitement.

Les essais de cette thérapie ont débuté dans les années 1990 mais se sont vraiment accélérés en 2010. Des résultats très prometteurs ont été expérimentés au début des essais cliniques, mais de tels traitements ne sont pas encore largement disponibles à l’heure actuelle. Les scientifiques travaillent actuellement sur la manière de rendre cette option de traitement plus accessible pour les patients.

Les thérapies bactériennes et la virothérapie

Les chercheurs utilisent des bactéries anaérobies telles que Clostridium Novyi pour consommer l’intérieur des tumeurs pauvres en oxygène. Ces tumeurs meurent ensuite au contact des côtés oxygénés de la tumeur. L’utilisation de Clostridium Novyi pose un problème majeur : la bactérie ne consomme pas toutes les parties du tissu malin. Cependant, en combinant cette thérapie avec des traitements chimiothérapeutiques, le problème peut être atténué, voire totalement résolu.

La thérapie par poliovirus, qui utilise des échantillons génétiquement modifiés, est une option de traitement extrêmement nouvelle pour les patients atteints de cancer. Des chercheurs du Preston Robert Tisch Brain Tumor Center de l’Université de Duke ont modifié le poliovirus avec une partie d’un rhinovirus qui supprimait les propriétés intrinsèques du poliovirus. Ce virus génétiquement modifié a été surnommé PVS-RIPO. Il agit directement par infusion dans la tumeur. Une fois à l’intérieur de la tumeur, PVS-RIPO infecte et tue les cellules cancéreuses. Il possède des capacités remarquables en matière de régression du cancer, mais son pouvoir réel réside dans le fait qu’il alerte les défenses naturelles du corps pour qu’elles luttent également contre les cellules cancéreuses.

Sources :

  • http://www.invivomagazine.com/fr/focus/dossier/article/62/les-prochaines-armes-contre-le-cancer
  • https://www.odyssea.info/cancer-du-sein-les-grandes-avancees-de-ces-15-dernieres-annees/
  • https://www.cancer.be/les-cancers/jeunes-et-cancer/les-traitements/les-nouveaux-traitements-anti-cancer
  • https://www.lci.fr/sante/cancer-immunotherapie-desescalade-therapeutique-les-changements-de-pratiques-qui-vont-bouleverser-la-cancerologie-2089754.html
  • http://www.doctissimo.fr/sante/cancer/recherche-cancer-asco-2018
  • https://www.fondation-arc.org/le-cancer-en-chiffres
  • http://www.roche.fr/pharma/cancer/chiffres-cles-du-cancer.html
  • https://www.lepoint.fr/sante/cancer-l-aube-d-une-nouvelle-ere-sans-chimiotherapie-se-profile-04-06-2018-2223816_40.php
Notez cet article