Le yoga est dans l’air du temps. On en parle. On l’entend. On le voit. Mais dès que l’on fouille un peu, on s’aperçoit qu’il n’y a pas un yoga, mais beaucoup plus. Alors comment s’y retrouver pour savoir comment trouver son yoga ?

Revenons à la définition…

YO GA , littéralement, signifie UNION. C’est-à-dire l’union du corps et de l’esprit, à comprendre comme le mental. Autrement dit, le but de tous les types de yoga est donc de canaliser les pensées en les tournant vers « le dedans » : le corps. On peut donc dire que le Yoga avec un Y majuscule est l’école de la concentration. Et c’est à partir de là que l’on peut commencer à faire du tri. Car c’est précisément la méthode de concentration qui va déterminer les différentes écoles de yoga.

Le Hatha yoga

Le Hatha yoga est sûrement la forme de yoga la plus répandue. Cependant attention, car c’est aussi la moins codifiée. Ainsi, la pratique pourra énormément varier d’un professeur à un autre. Si cela est toujours vrai, ça l’est d’autant plus avec le Hatha yoga, qui peut (et devrait) s’avérer une pratique assez douce et lente, mais qui prend parfois des allures plus dynamiques et intenses.

Dans l’absolu, un cours de Hatha yoga enseigne différentes postures physiques (les asanas) de niveau facile à moyen. Il s’effectue sur un mode lent, c’est-à-dire que les postures sont tenues quelques minutes « en pleine conscience » (à l’écoute de son corps et de ce qu’il s’y passe pendant la durée de la posture).

Ce type de yoga est destiné à toutes les personnes désirant apprendre à se poser, et à se recentrer. Il est accessible (théoriquement) à tout le monde, quel que soit l’âge ou la condition physique. Outre le calme et l’introspection qu’il favorise, la pratique des postures permettra d’entretenir ou de développer la souplesse et l’équilibre.

Motivée par le yoga ? Oui, mais lequel ?
Motivée par le yoga ? Oui, mais lequel ?

L’Ashtanga et le Vinyasa yoga

Ces deux types de yoga ont le point commun d’être basés sur l’enchaînement et non plus la tenue des postures. Attention : il ne s’agit pas de faire de l’aérobic. Il s’agira toujours de cultiver le calme et la conscience de son corps, mais cette fois-ci, en mouvement. Le travail cardio est donc, par définition, mis en avant. Si la pratique ne doit jamais être perçue comme violente, elle est néanmoins dynamique et vigoureuse. Des postures et variations de postures plus avancées sont davantage proposées qu’en Hatha yoga, et le format du cours (généralement 1 heure seulement) rend l’adaptation de certaines d’entre elles au cas par cas plus difficile, voire impossible. Il est donc important d’être en bonne forme pour aborder ce type de leçon.

L’Ashtanga et le Vinyasa yoga développeront la souplesse et l’équilibre toujours, mais également la force et l’endurance.

Le yoga Iyengar

À première vue, un cours de yoga Iyengar peut ressembler à un cours de Hatha yoga. Mais à première vue seulement…

Cette école de yoga a une vision très précise et très anatomique des postures qui doivent être maintenues dans une immobilité parfaite pendant un temps exact et relativement long. Il n’est pas rare que les professeurs d’Iyengar utilisent un chrono pendant leurs leçons. Celle-ci doit être gardée 5 minutes tandis que celle-là, 15. C’est comme ça et pas autrement. On parle souvent de yoga thérapeutique pour parler du yoga Iyengar, tant les indications et consignes peuvent sembler être des prescriptions. L’utilisation systématique de matériel de soutien (cales, sangles, bolster, couvertures) permet à chaque personne quelle que soit sa condition physique et ses problématiques éventuelles de rentrer dans la posture, de s’y sentir bien c’est-à-dire confortable, et de profiter de ses bienfaits.

L’extrême précision, l’exigence et la rigueur du yoga Iyengar conviendront parfaitement aux personnes qui souhaitent comprendre leur corps au travers de la mécanique des postures et le maîtriser dans chaque millimètre de chair.

Le Viniyoga

Ce type de yoga s’inscrit dans la lignée de l’Iyengar. Il est le yoga thérapeutique par excellence, et son approche très personnalisée fait qu’il est souvent enseigné au travers de cours individuels, ou en tout cas à effectif très restreint. Le professeur commence par évaluer son nouvel élève sur les plans physique, mental et émotionnel. Et en fonction de cette évaluation, il conçoit une pratique de yoga spécifique à exécuter en cours, mais également chez soi.

Le Viniyoga sera parfait pour les personnes ayant des problématiques spécifiques ou une recherche et un objectif bien particuliers.

Posture ou mouvement ?
Posture ou mouvement ?

Le Kundalini yoga

La Kundalini est le nom donné à l’Energie cosmique endormie à la base de la colonne vertébrale. Elle est représentée comme un serpent lové sur lui-même. La finalité du Kundalini yoga est d’éveiller cette énergie et de la faire monter le long de l’axe (la colonne vertébrale) en traversant ce que l’on appelle les Chakras et qui sont des centres d’énergie, afin de développer tout le potentiel de l’être.

La pratique des postures tenues sur quelques minutes s’accompagne souvent ici de Bandhas (contractions internes, par exemple celle du plancher pelvien nommée Mulabandha), de pratiques respiratoires spécifiques (pranayama), parfois de mudras (gestes des mains), et de mantras (sons, syllabes chantées ou résonnant dans l’espace intérieur).

Le Kundalini yoga est une pratique dite « chaude » car l’utilisation des Bandhas et de certains pranayamas puissants font vite monter la température interne. Mais il n’est pas intense physiquement et exigeant comme peuvent l’être l’Ashtanga ou le Vinyasa yoga vus plus haut. À ce titre, cette pratique est accessible à tous et les bienfaits des postures sur le corps restent bien sûr les mêmes : souplesse et équilibre. Toutefois, la dimension spirituelle très présente prédestine clairement ce type de yoga aux personnes en quête d’un état de conscience plus élevé, et une connaissance de la structure énergétique (sinon son apprentissage) paraît absolument nécessaire pour vivre pleinement l’expérience du Kundalini yoga.

Sivananda yoga

Cette école de yoga mêle pratiques physiques et spirituelles. Ainsi, chaque cours commencera par le chant d’un mantra, puis quelques pratiques respiratoires, et suivront les postures. À noter qu’il y aura toujours les mêmes 12 postures. Elles ont été déterminées pour stimuler les chakras de bas en haut. La série est immuable. Il est important de savoir que la précision et l’alignement du corps dans la posture ne sont pas le point d’orgue de cette pratique. L’accent est mis davantage sur la respiration et la méditation dans la posture.

Pour un débutant, un cours de Sivananda yoga peut être rassurant car la répétition des mêmes 12 postures lui permettra de s’habituer progressivement et de s’y sentir de mieux en mieux. Néanmoins, il sera peu corrigé, et Shirsasana, la posture sur la tête, qui conclue chaque séquence ne convient pas toujours aux débutants.

Le Sivananda yoga ne conviendra pas à une personne souhaitant une pratique variée des postures.

Saurez-vous reconnaitre de quel yoga il s'agit ?
Saurez-vous reconnaitre de quel yoga il s’agit ?

Le yoga Bikram

Le yoga Bikram a été conçu à Los Angeles et est dit « brûlant ». La pratique est là aussi très standardisée : une pratique respiratoire (toujours la même : le Kapalabhati) suivie d’une série de 24 postures définies et inchangeables qui s’enchaînent de façon soutenue. La pièce est chauffée à une température allant de 36°C à 42°C, le but étant d’éliminer les toxines dans la transpiration. Autre avantage de ces températures extrêmes : le corps apparaît plus souple, plus disponible aux étirements. Mais gare aux blessures qui peuvent aussi vite arriver. Il ne faut pas s’attendre à être corrigé dans une posture ou à comprendre ses alignements essentiels, mais l’énergie du groupe (il y a souvent beaucoup, beaucoup d’élèves à un cours de Bikram) et la sensation de se décharger, de se défouler, peuvent séduire certaines personnes.

Elle est en revanche à exclure pour toute personne ayant un problème cardiaque ou respiratoire, ou simplement pour quelqu’un davantage intéressé par la contemplation intérieure et paisible.

Voilà pour les types de yoga les plus répandus.

Notons que pour chacune des pratiques décrites ci-dessus, la relaxation en posture allongée (Savasana) de quelques minutes est toujours incluse à la fin du cours. En général, une séance de yoga quel qu’il soit dure de 1h à 1h30.

Mais cette liste n’est pas exhaustive. Il en existe encore beaucoup : le yoga Nidra (également appelé yoga du sommeil et essentiellement basé sur la relaxation profonde), le Japa yoga (ou mantra yoga qui se concentre sur le son et les chants de mantras), le yoga du rire également, qui depuis quelques années se développe de plus en plus. Ou encore le yoga-pilates, combinaison entre les postures de yoga et les mouvements de Pilates, autre méthode très d’actualité visant à développer la musculature profonde.

N’oublions pas qu’au-delà des genres, c’est surtout l’enseignant qui donnera son propre style au cours. Il ne faut pas hésiter à le rencontrer, et à lui exposer vos recherches et vos problématiques. Un professeur de yoga doit être disponible pour cela.

C’est décidé, je me mets au yoga… Mais lequel choisir ?
5 (100%) 2 votes