Pratiquer une activité physique est nécessaire à l’équilibre et à la santé. Les médecins et même les psychologues ne cessent de nous le rappeler : faire du sport est indispensable au bien-être. Et effectivement, tonifier ses muscles tout en stimulant la sécrétion d’endorphines (les fameuses hormones du bonheur), tout le monde a ressenti ne serait-ce qu’occasionnellement le bien que cela procure.

Mais est-ce que toutes les pratiques sportives se valent en ce qui concerne les effets bénéfiques sur la santé mentale et le mieux-être psychologique ? Pas certain, et en tout cas, une méthode se détache clairement du lot : la méthode Pilates. Conçue dans les années 1920 par Joseph Hubertus Pilates, la méthode Pilates a cela de différent qu’elle ne s’intéresse pas qu’au travail musculaire (qui, du reste, est des plus efficaces) mais qu’elle recherche plutôt une action globale sur l’individu qui la pratique avec comme objectif une réelle harmonie du corps et de l’esprit. Le célèbre concept du Mind and Body tellement plébiscité aujourd’hui. Et le fait est que ça marche ! Le Pilates, à l’image du yoga dont il s’inspire d’ailleurs parfois, réussit l’exploit de sculpter la silhouette tout en forgeant un moral positif, une attitude assurée et un réel mieux-être psychique au quotidien.

Le Pilates permet de canaliser ses pensées

Le Pilates est une méthode exigeante et pourrait sans prétention se comparer à une technique de méditation active. Cela s’explique par la concentration absolue qu’elle demande pour être pratiquée correctement. En théorie (car malheureusement il existe de nombreuses leçons de Pilates qui n’en sont pas vraiment), un cours se déroule dans le silence et sur un rythme lent (qui n’empêche en rien et bien au contraire l’efficacité réelle du renforcement musculaire et postural). L’ambiance d’un cours de Pilates se fonde sur le calme et l’écoute de soi à travers la gestion de sa respiration, respiration synchronisée à un mouvement d’une extrême précision.

De fait, impossible de laisser son esprit être parasité par les soucis professionnels, les problèmes à la maison, ou tout simplement la liste de courses sur laquelle vous avez oublié de noter les biscottes et le beurre. Autrement dit, une heure de pratique du Pilates, c’est une heure totalement à part dans la journée de l’élève. Un moment qu’on ne destine qu’à soi-même, un moment que l’on s’offre pourrait-on même dire. Tous les élèves qui sortent d’un vrai cours de Pilates, et même les tout débutants, sont unanimes : en effet, ils sentent leur corps différemment et ont moins mal au dos, mais surtout, ils se sentent eux dans leur globalité différents. Tout simplement mieux sur les plans émotionnel et mental. Comme délestés d’un poids, et ce poids, c’est bel et bien le stress et l’anxiété.

Pratiquant de la méthode Pilates
Pratiquant de la méthode Pilates

Le Pilates permet de se réapproprier son corps

Là encore, ce bienfait est dû à l’exigence de la méthode, exigence qui se porte notamment sur la précision du mouvement, une précision quasi au millimètre près. Or pour avoir cette précision-là, il est impératif de comprendre « par quel chemin » le bras ou la jambe doivent passer pour être dans l’exactitude. Le Pilates permet donc à l’élève de mieux comprendre (ou de comprendre tout court d’ailleurs) comment ce corps qui le transporte toute la journée et parfois de mauvais gré fonctionne anatomiquement. L’anatomie pour aller mieux dans sa tête ? Absolument. Car comprendre la mécanique de son corps, cela amène quelque chose d’extrêmement porteur dans le domaine de la psychologie : la maîtrise de soi-même. Qu’est-ce qui est plus déstabilisant dans la vie que de se sentir dépassé totalement, de faire sans comprendre, de subir et non d’agir ?

Le Pilates fait précisément l’inverse. Il demande à l’élève de comprendre avant de faire, et ayant compris, de faire à la perfection. En cela, la pratique du Pilates permet de développer positivement et très efficacement l’estime de soi et la confiance en soi. Il permet de se sentir capable, dans l’exercice des mouvements certes, mais cet état d’esprit déteint petit à petit à la vie de tous les jours. Et cette assurance, cette maîtrise de soi, se retrouve et se ressent clairement au bout de quelques séances (une dizaine en moyenne) dans la vie professionnelle et sociale.

Notez cet article