Équilibre sur la tête, sur les mains, sur les coudes… Bien souvent, ce que l’on voit des postures inversées du yoga font plus penser à de la gymnastique qu’à une quête de mieux-être au travers de cette pratique ancestrale. Plus dommage, les images de ces acrobaties périlleuses peuvent en freiner plus d’un à se lancer dans la pratique du yoga, ou en tout cas dans la pratique des postures inversées. Pourtant, dans la grande famille des postures inversées, il en existe des toutes simples qui peuvent être pratiquées par tout le monde et sans risque . Mais d’abord : pourquoi se mettre la tête en bas ?

Qu’est-ce qu’une posture inversée en yoga ?

Une posture inversée n’a pas besoin d’être une figure de voltige pour être qualifiée d’inversée et bénéficier des mêmes bienfaits. Il suffit, à vrai dire, que le bassin soit au même niveau ou plus haut que la tête. Et vu comme ça, ça simplifie drôlement les choses. Parce que faire du yoga, ça n’implique sûrement pas de lutter contre son vertige ou sa peur viscérale de se mettre tout à l’envers dans une posture des plus précaires. Ouf !

Posture inversée au yoga
Qu’est-ce qu’une posture inversée au yoga ?

Bienfaits des postures inversées en yoga

Les postures inversées sont reconnues pour améliorer la circulation sanguine et lymphatique. Elles font par ailleurs travailler le cœur et elles renforcent le système immunitaire. Étant donné l’apport de sang augmenté vers les glandes endocrines au niveau de la gorge, les postures inversées, même les plus simples et faciles à prendre, équilibrent les hormones. D’un point de vue psychologique, toutes les postures inversées en yoga demandent une certaine stabilité du corps, ce dernier devant rester immobile (qu’il soit en équilibre ou non).

De fait, le mental doit s’immobiliser également. Les inversions sont donc considérées comme une famille de postures apaisantes. Rien à voir donc avec l’image gymnique et acrobatique que l’on nous renvoie souvent. Cet effet apaisant agit directement sur la fatigue et l’aptitude à la concentration : il diminue la première et optimise la seconde. Les postures inversées sont considérées comme de véritables remèdes dans la tradition du yoga. Il serait dommage de s’en priver à cause d’une fausse image.

3 postures inversées simples à prendre pour profiter de tous les bienfaits

Viparita Karani Mudra

Cette posture est tout simplement délicieuse. Elle soulage la congestion des jambes et fortifie l’ensemble du système nerveux en développant un profond sentiment de calme et de recul. Elle n’exige aucune aptitude particulière et ne demande qu’un profond lâcher-prise. C’est le bonbon des postures !

Pour la prendre, il vous suffit de vous allonger au sol avec les jambes à la verticale contre un mur. Veillez à avoir les ischions (les os pointus des fesses) contre la plinthe du mur. Allongez les bras de chaque côté du corps, paumes de mains tournées vers le haut, fermez les yeux, et respirez profondément en accueillant ce qui vient à vous.

Sasankasana

Cette posture, qui se traduit par la posture du « lapin », est une alternative à la posture sur la tête, et les deux se valent aussi bien l’une que l’autre. Mieux vaut se détendre en pleine conscience dans le lapin, plutôt que de tenir bon gré mal gré et mort de trouille dans le poirier ! Sasankasana étire la nuque et les épaules. Ces effets sont rééquilibrant et apaisants. On dit également qu’elle permet d’ouvrir un nouveau regard sur le monde. À méditer, peut-être, lorsque l’on a l’impression d’un horizon bouché en face de soi…

Pour prendre cette posture, c’est tout simple : partez de la posture de l’enfant, les fesses sur les talons et le front au sol devant les genoux. Puis venez décollez vos fesses de vos pieds jusqu’à rouler sur le sommet de votre tête. Immobilisez-vous, laissez tomber les bras et les épaules. Gardez les yeux clos et observez à quel endroit de votre corps la respiration se place.

Pour revenir de la posture, replacez-vous dans l’enfant quelques instants avant de dérouler votre colonne vertébrale et de vous redressez.

Quels bénéfices sur le corps pour ces acrobatiques postures inversées ?
Quels bénéfices sur le corps pour ces acrobatiques postures inversées ?

Halasana

Dans cette inversion, l’ensemble du système nerveux est rajeuni. Le cou et les épaules sont libérés, la thyroïde stimulée (donc à ne pas faire en cas d’hyperthyroïdie) et la colonne vertébrale est étirée au maximum. Halasana peut être une posture exigeante pour certaines personnes, mais voici une adaptation qui la rendra accessible à tous et qui permettra même aux personnes avancées d’apprendre à se détendre davantage dans la posture.

Allongez-vous au sol en ayant placé une chaise derrière votre tête, à environ une trentaine de centimètres. Aidez-vous de vos mains au sol puis dans le bas du dos pour soulever vos hanches et amener vos pieds derrière la tête. Laissez vos pieds reposer sur l’assise de la chaise et amenez vos bras détendus en chandelier de chaque côté de votre tête. À chaque expiration laissez la détente vous envahir de plus en plus.

Pour revenir de la posture, aidez-vous de vos mains à nouveau pour dérouler lentement votre colonne vertébrale au sol et gardez un instant vos genoux à la poitrine avant de vous redresser en douceur.

Le yoga est une pratique qui doit se faire dans la douceur et le lâcher-prise pour profiter des trésors qu’elle a à nous offrir. Le yoga n’a rien à voir avec de la gymnastique, de l’acrobatie ou du cirque ! Il ne faut pas se laisser illusionner par les figures impressionnantes…

Namasté !

Postures inversées en yoga : pas forcément acrobatiques, mais toujours bénéfiques !
5 (100%) 2 votes