La pilule contraceptive est l’une des méthodes contraceptives les plus utilisées dans le monde. Son efficacité est de 99% si elle est prise correctement, mais nombreuses sont les utilisatrices qui oublient parfois de prendre leur comprimé quotidien. De plus elle est associée à des effets secondaires comme la prise de poids. Mais alors, quelles sont les alternatives à la pilule ?

Préservatif ou condom

Le préservatif est l’une des méthodes contraceptives les plus populaires au monde, étant la principale méthode utilisée par les hommes. Il n’a pas de contre-indications ni d’effets secondaires pertinents, bien que certaines personnes soient allergiques au latex, un matériau utilisé pour fabriquer le préservatif. Pour ces personnes allergiques, des préservatifs sont fabriqués avec d’autres matériaux, tels que le polyuréthane.

Préservatif
Le préservatif est la principale méthode contraceptive employée par les hommes. Il y existe également des préservatifs à usage féminin.

Spermicides

Les spermicides créent une barrière chimique qui empêche les spermatozoïdes d’atteindre l’utérus. Cependant, lorsqu’il est utilisé seul, sans autre méthode contraceptive complémentaire telle que le préservatif, son taux de réussite est très faible. Les spermicides sont disponibles sous forme de gel, de mousse, de crème ou de suppositoire. L’application est très simple.

Stérilet

Le dispositif intra-utérin (DIU), également connu sous l’appellation de stérilet, est une petite structure en forme de T qui est placée à l’intérieur de la cavité utérine au moyen d’une procédure relativement simple. Son efficacité atteint 99% et il peut rester dans l’utérus jusqu’à 5 ans, voire plus. Il existe deux types de DIU, à savoir le DIU au cuivre et le modèle à la progestérone. Les deux agissent en rendant la fertilisation difficile et en empêchant l’œuf de s’implanter.

Contraceptifs injectables

Ce contraceptif hormonal peut être administré par voie injectable à des intervalles de 30 ou 90 jours. Il en existe des versions composées uniquement de progestérone, et d’autres composés de progestérone et d’œstrogènes.

Il est disponible en injections intramusculaires ou sous-cutanées. Les administrations sont généralement programmées pour que les femmes aient un meilleur contrôle des délais. L’efficacité contraceptive avec une administration mensuelle ou trimestrielle est la même.

Patch contraceptif

Le patch contraceptif constitue une autre option pour les personnes qui envisagent d’utiliser un contraceptif hormonal, mais ne veulent pas de piqûres d’aiguille et ne veulent pas avoir à prendre des pilules tous les jours.

Comme son nom l’indique, cette forme de contraception est un adhésif de forme carrée d’environ 4,5 cm x 4,5 cm, qui doit être appliqué sur la peau et remplacé par un nouveau patch tous les 7 jours. Après 3 semaines, la femme devrait prendre une semaine de repos pour avoir ses règles.

Implant contraceptif

L’implant contraceptif est actuellement la méthode contraceptive présentant le taux d’efficacité le plus élevé, avec un taux de réussite d’environ 99,95%. Cette forme de contraception hormonale repose sur l’implantation sous-cutanée d’une fine tige en plastique contenant de l’étonogestrel, une forme synthétique de progestérone. Le bâtonnet se trouve sous la peau et libère l’hormone lentement et continuellement dans le sang.

Anneau vaginal

L’anneau vaginal est une autre option de contraception hormonale disponible sur le marché. Cette méthode contraceptive est un anneau souple en silicone qui libère lentement de la progestérone et des œstrogènes (étonogestrel+éthinylestradiol).

L’anneau peut être inséré par la femme elle-même et ne cause aucun inconfort, même pendant une activité sexuelle. L’anneau reste dans le vagin pendant 3 semaines et est ensuite jeté. Après une semaine de pause, un nouvel anneau doit être inséré.