Des taux de triglycérides élevés, situation également connue sous l’appellation d’hypertriglycéridémie désignent une hyperémie de triglycérides. Des niveaux élevés sont associés à l’athérosclérose, même en l’absence d’une hypercholestérolémie, et prédisposent aux maladies cardiovasculaires. De très hauts niveaux de ces corps gras augmentent également le risque de pancréatite aiguë. L’hypertriglycéridémie est elle-même généralement asymptomatique, bien que des niveaux élevés puissent être associés à des lésions cutanées connues sous le nom de xanthomes.

Le diagnostic repose sur des analyses de sang, souvent effectuées dans le cadre du dépistage. Le taux normal est inférieur à 150 mg/dL. Il existe une prédisposition héréditaire à l’hypertriglycéridémie primaire et secondaire. La perte de poids et les modifications alimentaires peuvent améliorer l’hypertriglycéridémie. La niacine et les acides gras oméga-3, ainsi que les médicaments de la classe des statines, peuvent être utilisés conjointement pour réduire les niveaux sanguins.

Qu’entend-on par triglycérides élevés ?

Les triglycérides sont un type de graisse (lipide) présent dans le sang. Lorsqu’on mange, le corps convertit toutes les calories dont il n’a pas immédiatement besoin en triglycérides. Ces derniers sont donc stockés dans les cellules adipeuses. Plus tard, les hormones les libèrent pour générer de l’énergie entre les repas. Si on consomme régulièrement plus de calories qu’on n’en brûle, en particulier des aliments riches en glucides, il est possible que la concentration sanguine de triglycérides soit élevée.

L’hypertriglycéridémie est parfois causée ou exacerbé par le diabète sucré, l’obésité et les habitudes sédentaires, qui sont tous plus répandus dans les sociétés industrialisées que dans les pays en développement. Un taux de triglycérides élevés est un facteur de risque de coronaropathie dans les études épidémiologiques et interventionnelles.

L’hyperlipoprotéinémie est un trouble métabolique caractérisé par des concentrations anormalement élevées de particules de lipoprotéines spécifiques dans le plasma.

Une hyperlipidémie (niveaux plasmatiques de cholestérol ou de triglycérides élevés) est présente dans toutes les hyperlipoprotéinémies. La forme principale comprend la chylomicronémie, l’hypercholestérolémie, la dysbêtalipoprotéinémie, l’hypertriglycéridémie, l’hyperlipoprotéinémie mixte et l’hyperlipoprotéinémie combinée. Une maladie secondaire, comme le diabète sucré, la pancréatite, les maladies du rein et l’hypothyroïdie, est le plus souvent à l’origine de cette maladie.

Taux de triglycérides élevés

Comment définit-on ce qu’est un taux de triglycérides élevés ?

Quelle est la norme ?

Une simple analyse de sang peut révéler si les niveaux se situent dans la norme. Le taux normal est inférieur à 150 milligrammes par décilitre ou moins de 1,7 millimole par litre (mmol/L). Une concentration comprise entre 150 et 199 mg/dL est considérée comme modérée.

On parle de triglycérides élevés lorsque la concentration est comprise entre 200 et 499 mg/dL (2,3 à 5,6 mmol). Un taux au-delà de 500 mg/dL est considéré comme très élevé.

Le médecin analysera le taux de triglycérides dans le cadre d’un test de cholestérol. Ce test porte le nom de profil lipidique. Il se fait à jeun. Une fois le diagnostic établi, d’autres analyses sont généralement nécessaires pour déterminer si le taux hors norme est causé par d’autres troubles sous-jacents (hypertriglycéridémie secondaire) ou s’il n’existe pas de cause sous-jacente («hypertriglycéridémie primaire»).

Quels sont les signes et symptômes des triglycérides élevés ?

La plupart des personnes ayant des triglycérides élevés ne présentent aucun symptôme. Certaines formes d’hypertriglycéridémie primaire peuvent entraîner des symptômes spécifiques.

La chylomicronémie familiale et l’hyperlipidémie mixte primaire comprennent des symptômes cutanés (xanthome éruptif), des anomalies oculaires (lipémie rétinale), une hépatosplénomégalie (hypertrophie du foie et de la rate) et des symptômes neurologiques.

Certaines personnes souffrent de douleurs abdominales qui peuvent être de légers épisodes de pancréatite. Les xanthomes éruptifs sont des papules de 2–5 mm, souvent entourées d’un anneau rouge, qui se forment en grappes sur la peau du tronc, des fesses et des extrémités.

La dysbêtalipoprotéinémie familiale provoque des xanthomes tubéreux plus importants; ceux-ci sont rouges ou oranges et se produisent sur les coudes et les genoux. Des xanthomes peuvent également survenir sur le pli palmaire.

La pancréatite aiguë survient chez les personnes dont les niveaux sont supérieurs à 1000 mg/dl. L’hypertriglycéridémie est associée à 1 à 4% de tous les cas de pancréatite. Les symptômes ressemblent à ceux d’une pancréatite secondaire à d’autres causes, bien que la présence de xanthomes ou de facteurs de risque triglycérides élevés puisse offrir des indices.

Qu’est-ce qui cause les triglycérides élevés ?

Au nombre des causes les plus communes des triglycérides élevés, on compte :

  • un régime riche en glucides,
  • un régime riche en graisses,
  • l’obésité,
  • le diabète sucré et la résistance à l’insuline,
  • la consommation excessive d’alcool,
  • l’insuffisance rénale et le syndrome néphrotique,
  • des prédispositions génétiques,
  • le déficit en lipoprotéines lipases,
  • le déficit en lipase d’acide lysosomal,
  • des médicaments, comme l’isotrétinoïne, l’œstrogène et les diurétiques,
  • l’hypothyroïdie,
  • le lupus érythémateux systémique,
  • la maladie de stockage du glycogène de type 1,
  • les médicaments contre le VIH.

Des études ont montré qu’une perte de poids de l’ordre de 5 à 10% pouvait abaisser le niveau sanguin jusqu’à 20%.

Certaines affections entraînant des taux de triglycérides élevés peuvent être héréditaires. Dans ces cas, des concentrations hors norme ne peuvent pas être évités. Cependant, le médecin traitant peut prescrire un médicament qui aidera le patient à réduire ces niveaux.

Avoir une alimentation riche en glucides raffinés et en graisses saturées est une cause fréquente. Un régime hypolipémiant composé de fruits, de légumes, de protéines maigres et de glucides complexes peut aider à contrôler les niveaux sanguins.

Arrêter de fumer peut non seulement réduire le risque de développer cette maladie, mais peut également aider à prévenir d’autres problèmes médicaux, tels que les maladies cardiaques, l’emphysème et le cancer du poumon.

Les hommes d’origine africaine ont généralement une teneur inférieure à celui des hommes blancs. De plus, les hommes afro-antillais ont des taux de triglycérides significativement plus bas que les hommes afro-américains et les blancs.

Pourquoi faut-il s’inquiéter des taux de triglycérides élevés ?

Des taux de triglycérides élevés peuvent contribuer au durcissement des artères ou à l’épaississement des parois des artères (artériosclérose), ce qui augmente le risque d’accident vasculaire cérébral, de crise cardiaque et de maladie cardiaque. Des niveaux extrêmement élevés peuvent également provoquer une inflammation aiguë du pancréas (pancréatite).

Des niveaux hors norme sont parfois le signe d’autres affections qui augmentent le risque de maladie cardiaque et d’accident vasculaire cérébral, notamment l’obésité et le syndrome métabolique, un ensemble d’affections comprenant un excès de graisse autour de la taille, une pression artérielle élevée, une glycémie élevée et un taux de cholestérol élevé.

Une concentration élevée peut également être un signe de:

  • un diabète de type 2 ou de pré-diabète
  • un syndrome métabolique
  • de faibles niveaux d’hormones thyroïdiennes (hypothyroïdie)
  • des maladies génétiques rares qui affectent la transformation de la graisse en énergie

L’hypertriglycéridémie parfois être un effet secondaire de la prise de médicaments comme les diurétiques, les œstrogènes et les progestatifs, les rétinoïdes, les stéroïdes, les bêtabloquants, certains immunosuppresseurs et certains médicaments contre le VIH.

Obésité

Des taux de triglycérides élevés dans le sang entraînent une résistance des récepteurs de la leptine et de l’insuline au niveau de la barrière hémato-encéphalique, ce qui entraîne l’obésité.

La surproduction de lipoprotéines de très faible densité, contenant des triglycérides produits dans le foie et l’élimination retardée des chylomicrons entraînent une augmentation de l’accumulation de ces corps gras. Cela conduit à une libération excessive d’acides gras et à l’obésité.

Dans une méta-analyse impliquant 9.664 adultes suédois, la graisse corporelle avait augmenté l’influence des variantes géniques augmentant les triglycérides, en particulier chez les femmes. Dans une étude menée sur 8526 adultes danois, les sujets obèses présentaient des niveaux plus élevés en raison de gènes augmentant ces corps gras, par rapport aux sujets plus maigres.

Dans une autre étude, les triglycérides dans le sang étaient plus élevés chez 45 non-diabétiques obèses que chez 78 sujets maigres. Une étude témoin portant sur 569 enfants et adolescents chinois obèses et 194 en bonne santé a révélé que les variations génétiques du gène de contrôle des triglycérides pouvaient dicter à quel point un individu est susceptible de développer une obésité.

Des échantillons chirurgicaux prélevés sur des reins chez 54 patients subissant une ablation rénale ont montré que des niveaux élevés dans le sang étaient retrouvés chez les personnes présentant un IMC élevé, utilisé comme marqueur de l’obésité.

Des taux de triglycérides élevés "favorisent" l'obésité

Des taux de triglycérides élevés « favorisent » l’obésité

Maladie cardiaque

La dyslipidémie athérogène fait référence à une augmentation des taux. Cela augmente le risque de maladies cardiaques, en particulier de crise cardiaque et de rétrécissement des vaisseaux sanguins en raison de l’accumulation de graisse (athérosclérose).

Cependant, une concentration élevée dans le sang augmente le risque de maladie cardiaque, même lorsque le taux de cholestérol est dans les limites de la normale. Plusieurs études ont montré que des niveaux élevés dans le sang augmentaient le risque de maladie coronarienne. Ces études ont été réalisées sur 62.199 adultes.

Diabète

L’insuline est une hormone qui signale aux cellules d’absorber le glucose dans le foie, les muscles et les tissus adipeux. L’insuline déclenche également l’activité de la lipoprotéine lipase. La résistance à l’insuline entraîne une diminution de l’activité de la lipoprotéine lipase, entraînant une augmentation des taux de triglycérides. Des concentrations élevées de ces lipides dans le sang augmentent également la résistance à l’insuline.

Une étude de 10 ans sur 13.953 hommes en bonne santé a montré qu’une concentration élevée dans le sang augmentait le risque de diabète de type 2, indépendamment des autres facteurs de risque (obésité, habitudes alimentaires, tabagisme, cholestérol, diabète et pression artérielle).

Une augmentation de 10 mg/dL dans le sang augmente de 4% le risque de diabète de type 2, selon une étude de 12 ans portant sur 5 085 adultes en bonne santé. Dans une étude menée auprès de 773 femmes diabétiques enceintes, les taux sanguins étaient plus élevés chez les femmes traitées à la metformine (médicament contre le diabète de type 2) que chez celles traitées à l’insuline.

Stéatose hépatique non alcoolique

La stéatose hépatique non alcoolique est une affection clinique causée par une accumulation de triglycérides dans le foie en l’absence de consommation excessive d’alcool. Elle est également associée à l’obésité et à la résistance à l’insuline.

Cette accumulation excessive résulte d’une augmentation de la production de ces corps, en raison d’un régime riche en graisses ou d’une résistance à l’insuline. Elle peut être aussi due à leur élimination insuffisante, chose qui peut être du à une défaillance de l’acide gras ou d’une mauvaise production de lipoprotéine de basse densité.

Dans une étude menée sur 293 patients, une concentration élevée dans le sang était prédictif du développement de cette affection.

Cancer

Dans une étude impliquant 156.153 adultes, des taux élevés dans le sang augmentaient le risque de cancer du poumon, du rectum et de la thyroïde, mais réduisaient le risque de lymphome non hodgkinien.

Dans une étude menée sur 84.460 femmes et 71.693 hommes, des niveaux élevés augmentaient le risque de cancer du col utérin, de l’ovaire et de l’endomètre et diminuaient le risque de cancer de la prostate, respectivement.

Dans une autre étude conduite sur 257.585 hommes, un taux élevé dans le sang augmentait le risque de cancer et du cancer du côlon, des poumons, des reins, de la peau et de la thyroïde, mais diminuait le risque de lymphome non hodgkinien et de cancer de la prostate.

Une concentration élevée dans le sang augmentait le risque de cancer dans l’ensemble et de cancers du poumon, du col utérin et de la peau dans une étude menée sur 256.512 femmes. Pour le cancer du sein, certaines études rapportent une association positive entre un taux élevé dans le sang et un risque de cancer du sein.

Pour le cancer de la prostate, les études montrent une association positive, inverse ou nulle entre les taux élevés et le risque de cancer de la prostate. Dans une méta-analyse sur 619.410 sujets et 15 691 patients atteints de cancer de la prostate, ainsi que sur 590 878 sujets et 12.177 patients atteints d’un cancer du sein, l’augmentation des taux n’était pas associée à un risque de cancer de la prostate ou du sein.

Maladie rénale

Chez 25.641 patients atteints d’insuffisance rénale chronique au stade avancé, des taux sanguins égaux ou supérieurs à 200 mg/dL ont augmenté le risque de décès chez les patients de moins de 65 ans.

Une augmentation des concentrations dans le sang était associée à une néphropathie épidémique (maladie virale) chez 228 patients. Le récepteur farnésoïde X est vital pour les acides biliaires et l’équilibre lipidique. Il contrôle également la production de triglycérides dans le foie. Sur 67 patients souffrant de diarrhée à l’acide biliaire, 25 avaient des niveaux élevés (plus de 1,9 mmol/L).

Inflammation du pancréas (pancréatite)

Des niveaux sanguins supérieurs à 1.000 mg/dL peuvent provoquer une pancréatite aiguë. Des concentrations élevées peuvent également être la cause d’une pancréatite chronique.

Chez 582 patients atteints de pancréatite aiguë, des concentrations supérieures à 2,26 mmol/L ont augmenté le risque d’altération mentale, de nécrose pancréatique, de syndrome de détresse respiratoire aiguë, de syndrome de réponse inflammatoire systémique et de lésion rénale aiguë

Les taux élevés dans le sang ont également augmenté le séjour à l’hôpital, les admissions en unité de soins intensifs et la durée de séjour en soins intensifs.

Comment diminuer le taux de triglycérides élevés avec le régime alimentaire ?

La bonne nouvelle est qu’il est possible de baisser les niveaux de triglycérides de 20 à 50% en choisissant scrupuleusement ses aliments.

Limiter le sucre ajouté dans les aliments et les boissons

Les aliments qui contiennent le plus de sucre ajouté sont les boissons sucrées, les boissons aux fruits, les biscuits, les céréales sucrées pour le petit-déjeuner, le yogourt sucré, le lait sucré, la crème glacée, ainsi que les produits céréaliers comme les petits pains et les bonbons.

Afin de diminuer les concentrations, les experts recommandent de limiter les sucres ajoutés à moins de 100 calories ou 6 cuillères à thé par jour pour les femmes et de 150 calories ou 9 cuillères à thé par jour pour les hommes. Consommer plus de sucre ajouté est associé à des niveaux 10 à 15% plus élevés.

Soda

Limiter la consommation de boisons sucrées

Faire attention au fructose

En plus de consommer moins de sucre ajouté, il faudra porter une attention particulière au fructose, un type de sucre connu pour provoquer des taux plus élevés. Le fructose se trouve le plus souvent en grande quantité dans les boissons édulcorées, les bonbons et les biscuits, gâteaux, tartes et muffins préparés commercialement.

Le nectar d’agave et le miel sont des sources courantes de fructose et sont également considérés comme des sources de sucre ajouté. Le fructose se trouve naturellement dans tous les types de fruits frais, congelés ou en conserve, mais à des teneurs très faibles n’entraînant pas d’élévation.

Opter pour le régime méditerranéen

Un menu de style méditerranéen comprenant beaucoup de légumes, de fruits et de grains entiers; Des sources maigres de protéines, comme le poulet et les fruits de mer, et utilisant de l’huile d’olive au lieu d’autres types de graisses et d’huiles, a montré une bonne capacité à diminuer les triglycérides de 10 à 15% 4. Il faudra essayer d’inclure au moins cinq portions de légumes et de fruits dans les choix alimentaires afin de baisser les niveaux.

Choisir des types de graisse plus sains

Pour diminuer les niveaux, il faudra opter pour des graisses riches en acides gras monoinsaturés tels que l’huile d’olive, l’huile de canola ou de carthame, au lieu de graisses riches en acides gras saturés comme le beurre. Il faudra aussi veiller à consommer de plus petites portions d’aliments contenant des graisses saturées comme le fromage, le bœuf gras, le porc, l’agneau, la peau de volaille, les aliments cuits au four et les aliments frits. Il faudra aussi éliminer les acides gras trans, un type de graisse que l’on trouve dans les aliments frits comme les beignets, les biscuits, les gâteaux, les pizzas surgelées et les petits pains sucrés.

Consommer plus de fibres

Pour diminuer les niveaux, il faudra choisir des aliments riches en fibres et en grains entiers, tels que le riz brun, l’avoine entière, le blé en grains entiers, le quinoa et l’amarante, plutôt que des aliments plus transformés à base de farine blanche.

Comment tirer les taux de triglycérides élevés vers le bas à travers le style de vie ?

Le changement de mode de vie est un moyen efficace de baisser naturellement les niveaux sanguins. La perte de poids a un effet positif. Pour chaque réduction de poids de 5% à 10%, les concentrations peuvent être réduites de 20%. Pour chaque kilogramme perdu, les triglycérides peuvent être réduits de 2%.

L’augmentation de l’activité physique diminue les concentrations. Toute activité aérobique, quelle qu’elle soit, surtout après un repas, utilise les triglycérides présents dans le sang comme carburant. Cela baisse non seulement les niveaux, mais aide également à réduire la graisse abdominale.

Dans l’ensemble, les stratégies intensives peuvent baisser les niveaux de 50% ou plus en un an. Ces stratégies peuvent permettre aux patients de baisser efficacement les concentrations sanguines sans médicament, sans compter les nombreux autres effets positifs sur d’autres aspects de la santé et du bien-être. C’est l’approche recommandée par l’American Heart Association pour toute personne présentant des niveaux supérieurs à l’optimum.

Comment baisser les taux de triglycérides élevés ?

Comment baisser les taux de triglycérides élevés ?

Quel traitement contre l’hypertriglycéridémie ?

Si les modifications du mode de vie ne suffisent pas pour tirer vers le bas les taux élevés, le médecin pourrait recommander des traitements comme les statines, les fibrates, l’huile de poisson et la niacine.

Les statines sont des médicaments hypocholestérolémiants qui peuvent être recommandés si le taux de cholestérol est élevé ou si le patient a des antécédents d’artères bouchées ou de diabète. L’atorvastatine calcique (Lipitor) et la rosuvastatine calcique (Crestor) sont des exemples de statines.

Les traitements à base de fibres, tels que le fénofibrate (TriCor, le Fenoglide et d’autres) et le gemfibrozil (Lopid), peuvent abaisser le taux. Les fibrates ne peuvent pas être utilisés si le patient a une maladie grave du rein ou du foie.

L’huile de poisson peut aider à tirer vers le bas les triglycérides élevés. Les préparations à base d’huile de poisson sur ordonnance, telles que Lovaza, contiennent plus d’acides gras actifs que de nombreux suppléments en vente libre. L’huile de poisson prise à des niveaux élevés peut interférer avec la coagulation du sang. Il est recommandé d’en parler avec son médecin avant de prendre tout supplément.

La niacine, parfois appelée acide nicotinique, peut tirer vers le bas les teneurs et le mauvais cholestérol. Il faudra consulter un médecin avant de prendre ce médicament, car il peut interagir avec d’autres médicaments et entraîner des effets indésirables importants.

Triglycérides élevés : symptômes et solutions
5 (100%) 1 vote[s]